Parents et enfants à l'abri du baobab

L’association reçoit les familles autour de sujets et problèmes de la parentalité, pour répondre aux difficultés ou se rencontrer. C’est gratuit, libre et anonyme.
Le manque de solutions autres que médicale et psychologique, que relevaient en 1985 des professionnels de la petite enfance devant les difficultés de la parentalité, ne semble plus aussi marquant aujourd’hui. Pourtant, l’existence du Baobab, qu’ils avaient alors imaginé en réponse, n’a pas perdu de sens. En 2003, 1874 visiteurs, de 0 à 3 ans, n’ont-ils pas franchi, accompagnés d’un parent, les portes des quatre centres disséminés dans Montpellier, justifiant mieux que quiconque cette continuité ?
Le Baobab était né du désir de médecins de la Protection maternelle et infantile, psychologues pour enfants, pédiatres et infirmières de proposer aux parents, de toutes conditions, un lieu de rencontres, d’échanges, un endroit où confronter ses expériences et interroger sur ses difficultés, conduit par un animateur et une psychologue. L’idée a pris de l’ampleur au fil des ans, soutenue par les pouvoirs publics, et a essaimé les lieux de rendez-vous –une demi-journée par semaine, par structure- à Boutonnet, Antigone, La Paillade, Croix d’Argent.
Un local prêté, « le principe de la gratuité de l’accueil rendant impossible, pour nous, de payer un loyer », des jouets à terre sur un tapis coloré servent de cadre au travail de personnels vacataires, telle Agnès Sigé, la psychologue, qui intervient à La Paillade et Antigone. Et évoque l’évolution de la structure, qu’on imaginait recevoir plutôt la visite de couples défavorisés, mais «qui accueille, en fait, en majorité des familles sans problème. Elles viennent notamment pour sociabiliser leurs enfants, les habituer au contact des autres avant l’entrée en crèche. »
Mais il est parfois question de relations perturbées entre mère et enfant, «de l’enfant n’acceptant pas l’arrivée d’un frère ou d’une sœur, tout ce qui met en difficulté parents et enfants», ensemble ou séparément , poursuit Dominique Marcos, une des permanentes du Baobab.
Cela dans l’anonymat, sans rendez vous afin de supprimer tout formalisme qui bloquerait éventuellement la parole.
O.L.N - Midi Libre Montpellier 04/05/04

Centre Médical des Aubes - 14, rue Françoise - 34070 Montpellier 07 69 21 23 75 - Contact cliquez ici